Publié le 26/05/2019 à 06:00 / Béatrice Dupin

Droit de vote

Quatre engagements majeurs marquent la vie de Louise Weiss : l'Europe, la paix,le féminisme et le journalisme. Mais c'est surtout son combat pour le droit de vote des femmes qu'il faut retenir à la veille des prochaines élections européennes.

En février 1936, les militantes de l’association La Femme nouvelle fondée par Louise Weiss (assise à droite), réclament le droit de vote pour les femmes à la veille des élections législatives.

Le 5 mai 1935, Louise Weiss se présente symboliquement aux élections municipales de Montmartre. Elle est arrêtée par la police pour trouble à l'ordre public et le préfet de police lui demande « de mettre fin à ses incongruités sur la place publique ». Il faudra de longues années de lutte pour que les Françaises obtiennent enfin, le 21 avril 1944, le droit de vote. Cette femme qui débutera sa carrière de journaliste en 1915 sous un pseudonyme masculin (Louis Franc) au journal Le Radical, va traverser le siècle convaincue qu'une Europe forte et unie est le meilleur rempart contre le retour de toute forme de guerre.

Pour une Europe nouvelle

Après la Première Guerre mondiale, comme beaucoup de jeunes de sa génération, elle est marquée par les milliers de morts et l'ampleur des destructions. Elle devient correspondante à Prague du journal l'Information. Ceci lui permet de rencontrer la nouvelle classe politique tchécoslovaque issue de l'indépendance du pays. Elle se rend également en Union soviétique où elle rencontre les principaux dirigeants. Initiée aux nouvelles conditions géopolitiques de l'Europe par ses amis tchèques et slovaques, Louise Weiss fonde en 1918, à l'âge de 25 ans,
une revue de politique internationale, l'Europe Nouvelle, qu'elle dirige entre 1920 et 1934. Les articles, rédigés par les plus grands noms politiques et universitaires, traitent des questions économiques, diplomatiques et littéraires.

Donner le droit de vote aux femmes pour éviter une nouvelle guerre

Dès la création de sa revue, Louise Weiss s'intéresse au droit de vote des femmes. Elle estime que l'accession des Françaises au suffrage permettrait d'empêcher une nouvelle guerre. En 1934, dans un contexte international défavorable à son combat en faveur de la paix (avènement du nazisme en Allemagne), elle quitte la direction de sa revue et prend contact avec les responsables des mouvements suffragistes afin d'établir un programme commun. Elle crée un mouvement de propagande La Femme nouvelle qui organise de nombreuses manifestations. Louise Weiss présente sa candidature symbolique aux élections municipales de 1935 à Montmartre, où elle transforme de manière ironique des cartons à chapeaux en urnes : plus de 18 000 bulletins de vote sont alors déposés en sa faveur.

Élue en 1979 députée au Parlement européen, Louise Weiss est alors la doyenne d’âge.

Léon Blum lui propose un poste ministériel

Puis, aux élections législatives de 1936, elle se présente - encore une fois symboliquement - dans le 5e arrondissement de Paris. Le front populaire remporte ces élections législatives et Léon Blum propose à Louise Weiss un poste ministériel à condition « que l'on ne parle plus du vote des femmes », ce à quoi Louise Weiss répond « je ne veux pas être désignée, je veux être élue ». Excellant dans la provocation ironique, elle mène avec les autres militantes de son association La Femme nouvelle des actions spectaculaires destinées à attirer l'attention de la presse : elles lâchent des ballons rouges, lestés de tracts, dans le stade de la finale de la Coupe de France de football ; elles distribuent aux députés des myosotis, fleur qui signifie symboliquement « ne m'oubliez pas » ! Les sénateurs bloquent les évolutions de la législation en faveur des femmes, « en les renvoyant officiellement à leurs chaussettes ». Alors le 2 juin 1936, Louise Weiss offre aux sénateurs des chaussettes avec l'inscription, « même si vous nous donnez le droit de vote, vos chaussettes seront raccommodées ».

 

21 avril 1944, De Gaulle signe l'ordonnance

En 1940, Louise Weiss entre dans la Résistance sous le surnom de Valentine et participe à la rédaction du journal clandestin Nouvelle République. Son combat se poursuit jusqu'au 21 avril 1944, date à laquelle l'ordonnance signée par le général De Gaulle élargi le droit de vote aux femmes. Un an plus tard, le 29 avril 1945, les femmes votent pour la première fois lors des élections municipales. Après la Seconde Guerre mondiale, elle coopère avec le sociologue Gaston Bouthoul, le fondateur de la polémologie (étude de la guerre considérée comme un phénomène d'ordre sociologique) et s'intéresse, par ses voyages à travers le monde, aux racines des différents conflits qui surviennent dans le contexte Est-Ouest et des guerres coloniales. Elle ramène plusieurs récits de voyage publiés sous forme de romans, de documentaires ou de guides de voyage. Elle fonde à Strasbourg, en 1971, l'Institut des Sciences de la Paix et en 1976, Louise Weiss est élevée Grand officier de la Légion d'Honneur.

 

Louise Weiss est députée européen quand Simone Veil prend la présidence du Parlement. Ici, les deux femmes avec le président du Parlement européen, Piet Dankert, en 1982.

Élue députée européenne à 86 ans en 1979

En 1979, à l'âge de 86 ans, elle est élue aux premières élections européennes au suffrage universel direct du Parlement européen sur la liste gaulliste. Lors de la séance d'ouverture, qui a lieu le 17 juillet 1979, elle prononce en sa qualité de doyenne un discours où elle salue la mémoire des Européens qui l'ont précédée. Elle lance un appel à l'unité en déclarant : « L'Europe ne retrouvera son rayonnement qu'en rallumant les phares de la conscience, de la vie et du droit ». Rentrée dans le rang des députés de 1979 à 1983, elle est membre de la commission parlementaire culture, jeunesse et sport. Elle imagine notamment la création d'une université européenne, envisage l'échange généralisé de professeurs ou projette de créer à Strasbourg un musée de l'idée européenne. Ainsi, beaucoup de réalisations de l'Union européenne portent sa trace. Louise
Weiss décède le 26 mai 1983, à l'âge de 90 ans, en ayant pris soin d'écrire sa propre épitaphe :
« Ci-gît Louise l'Européenne, Française du XXe siècle, une aristo prolo, une impie respectueuse, les femmes diront qu'elle a voulu faire l'ange, les hommes protesteront qu'elle a fait la bête, Souën le Parfait-Roi-des-Singes grimacera qu'en l'imitant elle a, par l'esprit, percé le Vide. Alors, pour une fois, elle sera d'accord avec tout le monde. ». 
Claudine Lavorel

 

Extrait de citation de Louise Weiss 
« Impossible de concevoir une Europe sans Européens. […]
Les institutions communautaires ont fait des betteraves, du beurre, des fromages, des vins, des veaux, voire des cochons européens. Elles n’ont pas fait d’hommes européens. Ces hommes européens existaient au Moyen Âge, à la Renaissance, au siècle des Lumières et, même, au XIXe siècle. Il faut les refaire »

 

Louise Weiss en quelques dates 

• 1893 : naissance à Arras le 26 janvier. Sa famille paternelle est d’origine alsacienne. Elle devient à 21 ans la plus jeune agrégée de lettres classiques en France.
• 1914 : infirmière de guerre.
• 1918 -1934 : fonde et dirige l’Europe Nouvelle, une revue hebdomadaire de politique française et internationale.
• 1930 : crée la Nouvelle Ecole de la Paix, un établissement libre d’enseignement supérieur destiné à soutenir l’action de la Société des Nations (SDN).
• 1934-1937 : fonde un mouvement de propagande la Femme Nouvelle et mène campagne en faveur du vote des Françaises.
• 1939 : nommée secrétaire générale du Comité chargé d’accueillir les réfugiés d’Allemagne et d’Europe Centrale.
• 1946-1968 : nombreux reportages en Amérique, en Asie et en Afrique.
• 1968 : publie le premier tome des Mémoires d’une Européenne.
• 1971 : crée la Fondation Louise Weiss destiné à prolonger son action en faveur de l’unité européenne et des sciences de la paix.
• 1976 : élevée à la dignité de Grand officier de la Légion d’honneur.
• 1979 : élue députée au Parlement européen dont elle fut la doyenne d’âge.
• 1981 : fait don à la ville de Saverne de ses collections historiques et ethnographiques.
• 1983 : décède à Paris à l’âge de 90 ans. 
L’histoire de Louise Weiss a été marquée par le féminisme, par son engagement pour l’Europe mais aussi pour le journalisme. Ici, sa carte professionnelle officielle délivrée dans les années 1960.
Mots clés : JOURNALISME ELECTIONS EUROPÉENNES 2019 LOUISE WEISS ÉLUE PARLEMENT EUROPÉEN MOUVEMENT FÉMINISME DROIT DE VOTE DES FEMMES