Visite
Agrobiodrôm : le choix  de la diversification en bio

Les élus du Département ont visité le 28 juin l’entreprise Agrobiodrôm située à Loriol. Ce groupement de producteurs développe la quatrième gamme et la diversification dans les fruits et légumes bio.

Agrobiodrôm : le choix  de la diversification en bio
Agrobiodrôm a investi près de 6 millions d’euros depuis 2020 dans du matériel de cuisine (cuiseur sous vide, autoclave, machines à jus, peleuse, équeuteuse de fraises) ainsi que dans un espace de transformation. ©AD26

«Vous êtes le reflet de notre stratégie départementale “manger drômois, manger mieux”, qui privilégie les circuits courts et le bio », a déclaré Marie-Pierre Mouton, présidente du conseil départemental de la Drôme devant Éric Kabouny, président de la SAS Agrobiodrôm, lors d’une visite, le 28 juin, dans les locaux de l’entreprise à Loriol. Accompagnée d’une importante délégation d’élus, dont le maire de Loriol et conseiller régional Claude Aurias, Jacques Ladegaillerie, conseiller départemental, Franck Soulignac, vice-président en charge notamment de l’économie, des politiques agricoles et alimentaires, Marie-Pierre Mouton a parcouru les installations de la société qui s’est développée dans le prolongement agricole d’une exploitation. Agrobiodrôm s’est diversifiée dans les fruits et légumes et la transformation. L’entreprise travaille 150 types de fruits et légumes et possède un atelier de cuisine et de transformation de 800 m².

Transformer et commercialiser des produits frais

Depuis sa création en 1992 par Éric Kabouny et une vingtaine de producteurs, Agrobiodrôm pratique le commerce de gros de fruits et légumes biologiques. Cette plateforme de conditionnement logistique et commercial est détenue entièrement par 500 agriculteurs associés et des partenaires bio. « Au lancement de l’activité en 1990, les producteurs voulaient se regrouper, explique le président de la SAS, Erik Kabouny. Ils ont injecté une part sociale de 300 francs. L’activité s’est poursuivie en achetant, en 2018, un grand bâtiment de stockage d’abricots et 4,5 ha à un agriculteur local. Notre but consiste à rechercher une totale fraîcheur des fruits et légumes bio. Nous possédons une salle des ventes où une dizaine de vendeurs écoulent nos produits frais, coupés, triés, lavés, stockés le jour même, aux cuisines centrales, aux collèges. »

S’agrandir et valoriser

Agrobiodrôm s’est encore étendue en louant 5 ha de terres et en investissant près de 6 millions d’euros depuis 2020 dans du matériel de cuisine (cuiseur sous vide, autoclave, machines à jus, peleuse, équeuteuse de fraises) ainsi que dans un espace de transformation. Le secteur de la quatrième gamme va devenir une activité à part entière. L’atelier de transformation de 800 m² sera opérationnel en septembre.
Des recettes de cuisine sont élaborées par un nouveau chef d’atelier et des formations de jeunes apprentis sur deux ans sont inscrites dans l’agenda. « Nous proposerons des pickles pour des restaurants, des snackings, des jus de fruits pour une clientèle locale, des restaurants étoilés, des cuisines centrales, des collèges, souligne Eric Kabouny. Nous allons élaborer des recettes à base de tomates, de navets et de surimi, de carottes et autres légumes. Nous voulons valoriser l’ensemble de nos productions. »

Se recentrer sur le marché national

Agrobiodrôm livre 900 clients professionnels en France et en Europe grâce aux productions de 500 exploitations fruitières et maraîchères partenaires et associés. Le groupement avait misé sur l’exportation en 1990, particulièrement vers l’Allemagne et la Scandinavie (100 % du chiffre d’affaires à l’exportation). Mais la concurrence italienne et espagnole a provoqué un changement de sa stratégie. La société s’est alors recentrée sur le marché français. Elle emploie 55 personnes à temps plein. Les produits sont commercialisés via un réseau de magasins spécialisés bio (50 % de la clientèle), grossistes, grandes et moyennes surfaces (15 % de la clientèle), restauration hors foyer, transformateurs répartis sur toute la France et pour une part de 20 % en Europe. Sa clientèle leader est la chaine Satoriz. « Nous voulons développer la restauration hors foyer qui est très prometteuse en produits bio et frais », conclut Éric Kabouny.

« Nous voulons développer la restauration hors foyer qui est très prometteuse en produits bio et frais », explique Éric Kabouny, président de la SAS Agrobiodrôm.  ©AD26

Pierre-Louis Berger


 

Accroître la recherche et le développement

La partie recherche et développement est mise en avant par Agrobiodrôm qui poursuit des essais en fruits et légumes dans quatre serres de 400 m² chacune ainsi qu’en plein champ. Les essais portent sur les fleurs de courgettes destinées aux restaurants, les courgettes, l’estragon, les plantes aromatiques, la menthe, les poivrons, les piments, les aubergines et les épinards d’été ou encore la tétragone.                      P-L. B.

Repères

Les productions principales d’Agrobiodrôm (en tonnes)

  • Abricots    700
  • Pêches    100
  • Cerises     80
  • Nectarines      80
  • Poires      250
  • Pommes      700
  • Kiwis      400
  • Noix      110
  • Raisins      80
  • Châtaignes      80
  • Myrtilles      12
  • Melons      120
  • Pastèques      250
  • Tomates      250
  • Courgettes      150
  • Asperges      80
  • Ail frais      70
  • Poivrons      30