Biotechnologies
L’agriculture biologique contrainte de changer de paradigme

Pour se développer et être plus productive, l’agriculture biologique doit accepter de cultiver des variétés de plantes résistantes aux maladies et aux prédateurs, obtenues par mutagénèse ou par cisgénèse, défend l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV). 

L’agriculture biologique contrainte de changer de paradigme

L'article est reservé aux abonnés à l'édition papier, sous réserve d'avoir communiqué une adresse email au service abonnements.

Pour toute information, contactez le service abonnements au 04 27 24 01 70 ou communiquez votre email à [email protected]

Découvrez nos offres